Construire un mariage épanoui

La bienveillance est-elle une valeur biblique ?

la foi éric dufour Mar 09, 2022

De nos jours, certaines valeurs présentées comme essentielles à la vie chrétienne par le Nouveau Testament, semblent avoir perdu de leur attrait à nos yeux, comme si leur importance s’était fanée, comme si elles étaient devenues obsolètes au gré des évolutions de notre société et de nos modes de vie. Est-ce vraiment le cas ?

Au premier abord, la bienveillance apparaît comme une valeur non-primordiale. Elle ne semble pas être d’une importance capitale dans notre marche avec Dieu. Presque un signe de faiblesse dans certains rapports humains. Être bienveillant, exercer la bienveillance en face de personnes qui ne le sont pas, est-ce intelligent ? N’est-ce pas leur démontrer de la faiblesse ? N’est-ce pas nous mettre en danger de nous faire « rouler » ? D’être trop « gentils » ? 

Regardons la façon dont le Nouveau Testament en parle, et ce à plusieurs reprises.

L’apôtre Paul présente la bienveillance comme étant l’un des aspects de l’amour avec lequel notre Père céleste nous traite. La force même qui l’a amené à nous adopter comme Ses enfants en Jésus-Christ ! (Éphésiens 1:5)

Dans son épître aux Galates, il la décrit aussi comme étant l’une des caractéristiques du fruit de l’Esprit : « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. » (Galates 5:22)

L’apôtre démontre une attitude de coeur bienveillante envers ceux et celles qu’il côtoie (1 Thessaloniciens 2:7). Il précise même à cette occasion qu’il traite ses interlocuteurs comme une mère traiterait ses propres enfants.

Il affirme aussi d’une manière forte quand il écrit à son disciple Timothée : « Qu’il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des conflits ; Il doit, au contraire, être plein de bienveillance envers tous, capable d’enseigner et de supporter l’opposition. » (2 Timothée 2:24)

L’auteur de l’épître aux Hébreux nous enseigne que la bienveillance est une expression, une œuvre de notre foi. Il la mentionne comme ayant été démontrée par Rahab, la prostituée, quand elle cacha chez elle les espions Hébreux. C’est sa bienveillance qui lui sauva la vie ! (Hébreux 11:31)

Enfin, l’apôtre Pierre, lui aussi, demande aux croyants : « Enfin, ayez tous les mêmes pensées et les mêmes sentiments, soyez pleins d’amour fraternel, de compassion, de bienveillance. » Il mentionne la bienveillance comme l’une des caractéristiques à déployer lors de nos relations avec d’autres croyants (1 Pierre 3:8).

Alors, la bienveillance, une qualité optionnelle ou une valeur essentielle du renouvellement de notre intelligence et de notre personnalité ? À redécouvrir et à travailler en urgence !

Éric Dufour

 

Commencez

dès aujourd'hui

à bâtir des relations enrichissantes !


Pour recevoir directement dans votre boîte mail nos conseils pratiques, inscrivez-vous ici ! Cette inscription vous donne également l'opportunité de pouvoir suggérer un thème, un sujet, une question que vous aimeriez voir discuter par Éric et Rachel.