Les relations avec le sexe opposé

Question : La relation d’aide individuelle avec le sexe opposé est-elle sage quand célibataire et / ou marié ? Une amitié proche avec le sexe opposé est-elle saine pour votre mariage ?

Réponse : La relation d’aide ou suivi psychologique, place deux personnes dans une relation professionnelle ou pastorale, qui va les rapprocher l’une de l’autre, lors des sessions de travail.


Lors de ces rencontres, le soignant, qu’il s’agisse d’un thérapeute ou d’un pasteur, qu’il soit homme ou femme, va devoir amener son patient à s’ouvrir émotionnellement, à être vulnérable, afin de livrer des informations personnelles de nature à permettre la découverte des racines du problème traité par le l’intervenant. Lors de tels échanges, de nombreux transferts peuvent se réaliser du patient vers la personne aidante, et aussi parfois (même si cela est plus rare) dans le sens inverse. Normalement, un professionnel doit être en mesure d’éviter que ces transferts émotionnels, dus à toutes sortes de déséquilibres psychologiques, prennent place.


C’est donc dans une démarche de prévention que Rachel et moi, ne recommandons pas le suivi thérapeutique entre deux personnes de sexes différents. (Qu’elles soient mariées ou non). Non que nous pensions qu’il ne soit pas possible à un soignant de pouvoir aider une personne du sexe opposé, mais nous croyons d’une part, qu’une écoute réalisée par un professionnel de même sexe aura plus de chances d’être mieux reçue, car plus à même de mettre en confiance et de comprendre les mécanismes psychologiques du patient, et que d’autre part, l’appartenance au même genre limite plus facilement (sans toutefois les rendre impossibles) les risques de transferts émotionnels du patient vers le thérapeute.


Pour les mêmes raisons et à cause du mécanisme naturel de construction de l’amitié, nous croyons qu’il n’est pas possible, ni souhaitable, une fois marié(e) d’avoir un(e) meilleur(e) ami(e) qui soit du sexe opposé, autre que votre conjoint. D’abord parce que le rôle de meilleur(e) ami(e) revient naturellement au conjoint de part sa position dans le couple, mais aussi parce que placer une personne du sexe opposé dans cette position, peut créer tout à fait naturellement, des conditions favorables soit d’un côté, soit de l’autre, pour que l’amitié évolue avec le temps, ou au profit de circonstances spéciales, vers une relation emprunte de sentiments amoureux, et donc vers un risque d’adultère émotionnel, ou-et physique.


Il est donc préférable de prévenir plutôt que d’avoir à guérir un mal tout à fait évitable.


Éric Dufour



28 views0 comments